Il y a dix mois on était en Janvier. Il y a dix mois on enterrait les victimes de l’attentat de Charlie Hebdo. Il y a dix mois je ne pensais plus jamais voir ça chez moi. Comme j’avais tort.

pray for paris
© MAHNU

Rien ne m’avais préparé à une telle nouvelle hier. Ce vendredi 13 avait bien commencé. Mon groupe chouchou venait de sortir leur album. J’avais de la bonne musique dans les oreilles. J’étais entourée d’amis et de mon amoureux. Et un sms a tout fait chamboulé. A la télé c’est l’horreur qui s’affiche. Des explosions, des fusillades dans la capitale de l’amour. Dans ma capitale. Le Stade de France est touché. Des restaurants sont attaqués. Le Bataclan est mis à sang.

Le Bataclan. L’un des endroits où je me sens le mieux. Les salles de concert ont toujours été mon “safety place”. Là-bas plus rien n’a d’importance. Là-bas on vit juste le moment pleinement. Le Bataclan a été le témoin de certaines de mes plus belles soirées. L’année dernière j’y revoyais Ed Sheeran. J’aurais pu y être hier soir. Des amis auraient pu y être. Voir toutes ces personnes venus passer un agréable moment mourir m’attriste plus que tout. Lorsque j’apprends l’identité d’une nouvelle victime dont j’ai vu le visage toute la journée sur les réseaux sociaux j’ai l’impression de perdre un proche moi aussi.

Je ne sais pas trop ce que je ressens ce soir. Je suis triste. Je suis dégoutée. Comment un homme peut-il faire subir cela à un autre être humain ? Pourquoi l’humanité n’est-elle pas capable de vivre en paix ? Pourquoi la guerre et la violence sont toujours la réponse ?

Je sais simplement que ce soir je n’ai pas peur. Je ne leur ferais pas ce plaisir. Je ne sais pas si un jour Le Bataclan se relèvera de ce carnage. Mais je continuerais d’aller en concert. Parce que c’est ce qui me rend heureuse. C’est ce qui me fait me sentir vivante. Et à chaque concert je penserais à ceux qui ont perdu la vie en voulant profiter d’un groupe qu’ils aimaient. Je leur rendrais hommage. Je ne me laisserais pas abattre.

Les prochains jours vont être dur mais il faut vivre. Vivre. Encore plus fort.

Ce soir mes pensées sont à vous. Vous que l’on a perdu hier. Vous qui avez perdu un proche. Vous qui n’avez pas l’intention de les laisser nous prendre notre liberté et notre bonheur. On s’en sortira. Plus fort. Plus unis. Et je l’espère avec l’envie d’une paix mondiale.

Je vous embrasse mes étoiles et prenez soin de vous et vos proches.

logo