En août 2016 je recevais mon numéro de Siret. Mon numéro d’entreprise. 2 mois après avoir fini mon master et reçu mon diplôme je devenais chargée de communication en freelance. Être à mon compte a changé beaucoup de choses dans ma vie. Des bonnes et des moins bonnes. Mais je ne changerais cette façon de travailler pour rien au monde. Alors, elle ressemble à quoi ma vie de freelance ?

Devenir freelance grâce à une opportunité

Je n’avais jamais imaginé me mettre à mon compte. J’avais dans la tête le schéma classique : sortir des études et chercher un emploi. Un CDI de préférence. Avec des missions intéressantes dans une entreprise que j’aime. L’utopie. Mais une proposition a tout chamboulée.

À la fin de mon stage de fin d’études, on m’a proposé de rester. Pas en tant que salariée. En tant que freelance. J’avais un choix à faire : rester dans une boîte que j’adore, qui donne du sens à mon travail et à ma vie en devenant freelance (3j par semaine) ou pointer à Pôle Emploi. Je n’ai pas hésité bien longtemps. J’ai sauté les deux pieds dedans. Sans savoir ce qui m’attendait vraiment. J’ai rempli la paperasse au début des vacances d’été. Fin août j’étais officiellement freelance en communication. Le début de ma nouvelle vie.

Est-ce que j’y étais préparée ? Pas vraiment. Je ne savais pas ce que je faisais. Et personne dans mon entourage n’avait les réponses à mes questions. Est-ce que je regrette mon choix ? Non.

1 an en freelance : des débuts difficiles

J’ai plongé la tête la première dans l’inconnu. Et il n’y avait personne pour me rattraper, me guider. Quand tu es freelance, tu es seule. Pas de patron pour te donner des ordres. Tu gères ton temps comme bon te semble. C’est un avantage considérable. Je l’adore cette liberté. Mais il faut être assez forte pour se raisonner et travailler. Je ne l’ai pas fait. Pas au début.

J’ai profité de cette liberté pour travailler sur le blog. C’était nécessaire et je suis très fière de l’espace que je partage avec vous aujourd’hui. Mais je ne vis pas de mon blog. Je n’avais pas réalisé ce que le statut de freelance impliquait. Il m’aura fallu 5 mois. 5 mois pour comprendre que les choses ne se feraient pas toutes seules. 5 mois pour comprendre que si je voulais vraiment en vivre, je devais prendre soin de ma petite entreprise personnelle. Le déclic.

J’ai acheté un nom de domaine, un template et j’ai créé mon site professionnel. J’y ai passé des semaines. Et pourtant je n’en suis pas satisfaite à 100%. Il aura bientôt le droit à une petite retouche. J’ai trouvé un deuxième client. J’étais tellement heureuse. J’ai d’ailleurs dû vous en parler. La mission s’est avérée plus lourde que prévue. Et ce fut une nouvelle remise en question. Avec qui ai-je envie de travailler ? Parce que j’ai cette liberté. Je peux choisir à qui j’apporte mes compétences. Mais comment faire ?

freelance-1-an

Le besoin de se former

Quand on est freelance, on doit savoir tout faire : notre métier, prospecter, gérer des factures, réaliser des devis, gérer la partie administrative. Contraignant mais formateur ! Mais un aspect me fait défaut : la prospection. Je suis communicante mais pas commerciale pour un sous. Alors comment trouver de nouveaux clients ? Comment bien définir mes tarifs ? Je devais me former.

J’ai donc suivi la formation d’introduction “Débuter et réussir en Freelance” de LiveMentor. 4 cours pour fixer les bases. J’ai appris à définir très clairement mon tarif. J’ai réfléchi à mon persona (mon client idéal) pour qu’il s’accorde avec mes valeurs et mes envies. Maintenant c’est clair dans ma tête. Je veux travailler pour des projets à impact positif. Des projets de l’économie sociale et solidaire, du développement durable ou culturel. Alors j’ai mis mes compétences à mon service : j’ai créé ma stratégie de communication. Ma to-do s’allonge et j’ai beaucoup de choses à mettre en place. Retravailler mon site web pour y intégrer un blog. J’aime écrire et partager. Et je sais que j’ai des choses à partager sur mon métier.

Ça va prendre du temps. Je me fixe jusqu’à la fin de l’année pour l’ouvrir. 2 mois et demi. Ça me semble loin et si près. C’est fou comme le temps s’est accélérer depuis que je suis à mon compte. Et ce n’est pas tous les jours facile d’arriver à gérer les minutes qui passent.

Savoir gérer son temps lorsque l’on est freelance

Le plus compliqué. Définir le temps où l’on travaille et le temps où l’on vit. Parce qu’aujourd’hui mon travail est une très grande part de ma vie. J’en suis très fière. Ce n’est pas évident tous les jours. On n’a pas de filet de secours quand on est a son compte. Mais quand je travaille je ne vois pas les journées passer. Ça agace l’amoureux parfois. J’apprends encore à faire la part des choses et déconnecter complètement quand je suis en mode “off”. La rentrée a été très chargée, je vous en ai parlé dans mes bonheurs de septembre. Je ressens le besoin de me couper des écrans pour me reconnecter à ma vie. Vivre l’instant présent et le vivre à fond. Je profite pleinement de mon amoureux et mes bébés chats et ça fait un bien fou !

Être freelance m’a permis de mettre toute ma vie en perspective. Être face à soi-même permet de se poser des questions profondes. À la fin de mes études je ne savais pas trop où j’allais. Aujourd’hui je le sais. Dans ma vie professionnelle et ma vie privée, je sais ce que je veux pour mon futur. Il ne reste plus qu’à tout faire pour y arriver !

Cette première année de freelance m’a fait grandir. Sur tous les points. Je me rends compte de ce que je peux faire mais surtout de ce que je veux faire. Et ça me rend très fière. La vie dont je rêve n’est plus très loin, je le sens.

Je vous embrasse <3